Leadership

Quels documents l’église devrait-elle adopter et pourquoi ?

Article
03.04.2016

Aussi peu séduisants que puissent être les documents de l’église, ils constituent un élément crucial de la boîte à outils d’un pasteur. Je veux me concentrer ici sur l’importance de trois d’entre eux : la confession de foi, le code de vie pratique de l’église (ou « l’alliance de l’église ») et la constitution.

La confession de foi

Une déclaration de foi est un résumé des doctrines tenues par une église. Les chrétiens de l’église primitive ont bénéficié du Symbole des Apôtres, des conciles de Nicée (325 et 381 apr. J.-C.) et du concile de Chalcédoine (451 apr. J.-C.). Ces déclarations simples et brèves reflètent la foi chrétienne commune en Dieu et en l’évangile qu’il nous a donné. À l’ère de la Réforme, une multitude de déclarations a unifié les églises protestantes dans l’évangile alors même qu’elles articulaient leurs différences relativement au gouvernement de l’église et au baptême. La confession d’Augsbourg (1530), la confession de Westminster (1546), la déclaration de Savoie (1658) et la confession de Londres (1689) ont respectivement énoncé les convictions doctrinales des luthériens, presbytériens, congrégationalistes et baptistes.

Les églises du vingt-et-unième siècle ont construit avec sagesse sur ce riche héritage en adoptant leurs propres déclarations de foi. Consentir à une déclaration de foi est habituellement obligatoire pour tout qui veut devenir membre ou leader d’une église. Même si vous ne trouverez pas « Tu adopteras une déclaration de foi dans ton église » dans les épîtres pastorales, cela reste une pratique sage qu’il serait sot de rejeter.

Une déclaration de foi est un don pour l’église, et c’est un don pour les visiteurs qui veulent savoir ce que votre église croit. En outre, les visiteurs seront plus enclins à vous faire confiance si vous êtes franc par rapport à votre doctrine. C’est aussi un don pour les enseignants qui désirent utiliser fidèlement la Parole. Un enseignant de l’école du dimanche, conscient de la déclaration de foi de son église, peut conclure à juste titre : « Je ne devrais pas dire à tout le monde dans ma classe qu’ils devraient croire en un enlèvement pré-tribulation ! » Une déclaration de foi est un don pour les anciens qui ont besoin de sagesse pour savoir quand reprendre quelqu’un ou non : « Peut-on affirmer le mariage pour personnes du même sexe dans cette église ? » un membre demande. « Non. » répond l’ancien. « Nous avons étudié la Bible à ce sujet et avons résumé nos vues dans notre déclaration de foi. Lisez cette déclaration s’il vous plaît et ensuite nous regarderons la Bible ensemble pour voir pourquoi nous en sommes arrivés à cette conclusion. » Finalement, une déclaration de foi est un don à chaque membre de l’église, car elle souligne les doctrines qui nous lient ensemble. Après tout, il ne peut y avoir de communion fraternelle profonde si les membres ne partagent pas les mêmes croyances.

Bien sûr, contrairement à la Bible, les déclarations de foi ne sont pas inerrantes. Elles peuvent être corrigées pour les rendre plus claires. Par exemple, de nombreuses églises ont, au cours des dernières années, ajouté une déclaration articulant la vision biblique du mariage.

Utiliser une bonne déclaration de foi, c’est comme jouer au bowling avec des barrières anti-rigoles. Tout comme les barrières gardent la boule de bowling sur la voie, la déclaration de foi nous garde dans la vérité afin que nous n’allions pas trop loin dans la mauvaise direction. La Bible seule est notre autorité. Après l’Écriture, une confession de foi de qualité est un outil important pour protéger et encourager la saine doctrine.

Le code de vie pratique de l’église (ou « l’alliance de l’église »)

Paul dit à Timothée : « Veille sur toi-même et sur ton enseignement. » (1 Tim 4:16). Si la confession de foi essaie de résumer ce qu’est la bonne doctrine, l’alliance de l’église tente de résumer ce qu’est la bonne conduite. L’alliance aide les leaders de l’église et les membres à décrire à quoi la vie chrétienne ressemble. L’utilisation appropriée d’un code de vie pratique de l’église encourage les membres à se sentir responsables de la sainteté des uns et des autres.

Après notre déclaration de foi, j’ai réalisé que l’alliance de l’église était très utile pour préparer les chrétiens à être membres de l’église. Les gens ne veulent pas seulement savoir ce que nous croyons, mais aussi comment nous acceptons de vivre ensemble. Parcourir le code de vie pratique d’une église revient à se promener dans le parc de la sanctification. Ceux qui n’aiment pas la vue de ce parc peuvent rapidement savoir que ce n’est pas une église pour eux.

Nous lisons en général l’alliance à voix haute dans mon église lorsque nous célébrons la Sainte Cène. Bien que cette pratique ne soit pas imposée par l’Écriture, l’examen de soi l’est (1 Co 11:28). Quoi de mieux que de se souvenir des promesses que nous nous sommes faites lorsque nous sommes devenus membres de cette église locale en particulier ? Nous n’avons pas seulement promis de croire certaines choses, nous avons aussi accepté de vivre d’une certaine manière.

Une alliance d’église déborde d’engagements, comme ceux concernant l’intégrité personnelle, l’amour fraternel et l’évangélisation fidèle. La poursuite d’une vie pieuse ne nous sauve pas – c’est plutôt l’œuvre de l’Esprit au travers du glorieux évangile de Jésus-Christ. Cependant, une vie changée est une preuve d’une véritable conversion, et garder un code de vie pratique de l’église au centre de la vie de l’église est un moyen essentiel pour que la sanctification soit toujours à l’avant-plan de la vie de l’église aussi.

La constitution

Dans ma région des États-Unis, une église qui désire recevoir le statut d’association sans but lucratif doit avoir une constitution qui décrit ses règles. Une constitution est dès lors « nécessaire » pour toute église dans mon état. Cependant, j’aimerais aborder ce sujet sous un angle légèrement différent. Même si l’état ou le pays dans lequel vous êtes ne vous demandait pas de constitution, je vous encouragerais à en avoir une tout de même.

Quand Paul concluait sa discussion sur le culte de l’assemblée en disant : « que tout se fasse avec bienséance et avec ordre » (1 Co 14:40), il ne voulait pas dire que toute église doit adopter une constitution. Il insistait simplement sur le fait que les rencontres de l’assemblée devraient se dérouler sans le désordre qui survient lorsque personne ne sait qui est en charge et ce qui se passe ensuite. Bien qu’une déclaration de foi puisse beaucoup contribuer à établir ce genre d’ordre, une bonne constitution étoffe des questions très fondamentales du genre : qui est qualifié pour devenir ancien ou diacre ? Comment sont-ils choisis ? Qui gère les finances ? Peut-on exclure un membre de l’église ?

Certains considèrent ces questions au mieux comme ennuyantes et au pire comme charnelles. Mais la clarté aide ici les brebis à se sentir en sécurité, en particulier celles qui ont été maltraitées par des leaders dans le passé. Un bon pasteur dira à son assemblée : « Si j’enseigne un jour ce qui va à l’encontre de l’Écriture, vous devriez vous débarrasser de moi aussi vite que possible. » Une constitution bien écrite explique à l’assemblée comment s’y prendre pour y parvenir.

Jésus nous a chargés d’être « prudents comme les serpents, et simples comme les colombes. » (Mt 10:16). Nous vivons dans un monde où les églises sont attaquées du dedans et du dehors. Les églises engagées à obéir à l’Écriture disciplineront leurs membres pour péché habituel et non-repentant. Les procédures d’excommunication se trouveront dans une constitution d’église et devront être confirmées par chaque membre avant qu’il ne rejoigne l’église. Cela n’empêchera pas un membre mécontent de poursuivre l’église ou les anciens pour diffamation (ou pire), mais c’est une façon de vivre avec sagesse dans un monde qui rejette la moralité biblique et peut attaquer une église fidèle.

Un appel à encore plus de documents

La déclaration de foi, le code de vie pratique de l’église (ou « l’alliance de l’église ») et la constitution sont le roi, la reine et le prince des documents de l’église. Mais au-delà de cette famille royale, il existe d’autres documents dignes de votre attention.

Une façon d’aimer vos enfants dans l’église (et leurs parents) est d’adopter une politique de protection de l’enfant. Les prédateurs sexuels recherchent des ministères pour enfants désorganisés. Ne pas mettre en place une politique de protection de l’enfant équivaut à négliger ses propres enfants.

Un manuel de politique de l’église est un autre document qui mérite d’être considéré. D’importantes questions existent qui ne sont pas traitées dans une constitution. Par exemple, que fait votre église s’il y a un manque de dîmes et d’offrandes ? Et s’il y a un surplus ? Et si Mme Smith voulait faire un don de 500 $ pour construire une fontaine dans la cour avant ? Et si Bobby voulait envoyer une lettre à chaque membre de l’église pour recueillir des fonds pour son voyage missionnaire de courte durée ? Comment gérez-vous les demandes de bienfaisance ? Votre établissement est-il ouvert à la communauté pendant la semaine ?

Chaque église abordera des questions comme celles-ci tôt ou tard. Les réponses à de telles questions obstrueraient une constitution d’église, la rendant encombrée et lourde. Un bon manuel de politique de l’église peut combler les lacunes administratives et économiser beaucoup de temps pour le leadership à l’avenir. En résumé, une bonne constitution facilite l’unité dans l’église quand il s’agit de prendre des décisions. Et il n’y a rien de « spirituel » dans la désunion.

Conclusion

La plupart d’entre nous n’aiment pas réfléchir sérieusement à des documents pour l’église, d’autant plus que nous savons que Jésus revient et qu’il y a de l’évangélisation et du discipulat à faire. Et il ne fait aucun doute que l’église doive se focaliser sur ces deux derniers points.

Néanmoins, cela vaut la peine de rassembler des documents de qualité pour l’église. Imaginez que vos ministères d’évangélisation et de discipulat sont une voiture de course. De bons documents pour l’église sont comme une route lisse et solide sous les pneus de la voiture. Lorsque cette route est proprement entretenue, la voiture est libre de rouler jusqu’à la ligne d’arrivée. Mais sans une route de première qualité, la voiture doit ralentir et peut même avoir besoin de s’arrêter pour remplacer un pneu. De mauvaises routes perturberont inévitablement même les meilleures voitures de course.

De même, une église sans bons documents peut peut-être bien fonctionner pour le moment, mais sans eux, vous courez le risque d’être bientôt distraits de la mission principale. Donc, passer du temps à adopter, affiner et utiliser des documents pour l’église. À long terme, cela aidera votre église à se concentrer sur ce qui compte le plus, l’Évangile.

 

Cet article a été traduit par Timothée Davi.

Cet article a été traduit et publié à l’origine par Revenir à l’Évangile, un ministère situé au Québec. Rendez-vous sur leur site Web pour trouver des ressources similaires.