Leadership

Un diacre s’exprime sur les récompenses qu’un diacre peut recevoir

Par John Ingold

John Ingold est un ancien de la Restoration Church à Washington, D.C.
Article
01.18.2021

De Janvier 2005 à Janvier 2008, j’ai été béni de servir comme diacre, responsable de la librairie dans mon église. « Béni de servir » est une expression qui nous vient facilement à la bouche sans qu’on y attache toute l’importance voulue. Quand j’étais diacre, j’ai dû le dire des dizaines de fois, mais c’est seulement quand mon mandat a été terminé que j’ai vraiment réalisé les nombreuses façons dont Dieu m’avait récompensé par ce ministère.

La récompense du diacre : Être enseigné et encouragé

Cette table, surchargée de livres qui se trouve dans l’église, est ce que nous appelons la librairie. Ma charge de diacre responsable de la librairie consistait à passer les commandes de livres approuvés par les anciens, à les disposer correctement pour pouvoir les vendre, et à tenir à jour une liste de volontaires pour assurer la vente après le message. Bien que ces modestes tâches n’exigent pas de compétences particulières, elles ont imposé une contrainte sur mon emploi du temps car, à l’époque, je finissais la fac de droit pour préparer l’examen du barreau, avant de réintégrer le marché du travail.

Je n’ai pas toujours accompli ce service avec joie et fidélité, mais Dieu a considérablement récompensé mes efforts en m’enseignant et en m’encourageant de plusieurs manières.

Par les actions d’autres frères et sœurs

Tout d’abord, Dieu m’a enseigné et encouragé par le biais de mes frères et sœurs dans la foi. Grâce à ce service occasionnel, j’ai souvent eu l’occasion de voir que les efforts de mes frères dans la foi étaient plus coûteux et demandaient plus de sacrifice. Comme par exemple le soir où ayant reçu des commandes de livres, je suis parti juste au moment où les anciens s’apprêtaient à passer des heures à prier et à travailler ensemble pour le bien du troupeau. Et comme la fois aussi où avant l’étude biblique du mercredi soir, j’étais venu mettre quelques livres sur la table de la librairie, j’ai vu plusieurs femmes, toutes célibataires, en train d’empaqueter des évangiles pour les expédier à des pasteurs et à d’autres chrétiens dans le monde entier.

Voir la fidélité de mes frères et sœurs m’a dévoilé le manque de foi de mon propre cœur et m’a encouragé à devenir plus altruiste.

Par les paroles d’autres frères et sœurs

Deuxièmement, Dieu m’a enseigné et encouragé au travers des paroles de mes frères et sœurs. À plusieurs reprises, des gens m’ont acheté un livre en m’expliquant qu’il était destiné à un colocataire incroyant ou à un pays fermé à l’évangile. D’autre fois, lorsqu’un frère racontait comment tel livre l’avait aidé à comprendre qu’un péché qu’il tolérait dans sa vie entachait ses relations avec les autres.

Un des anciens, qui venait acheter des livres, me posait généralement la question : « et celui-là, tu l’as lu ? » S’en suivait une explication sur la façon dont lui-même, ou la personne qui lui avait recommandé le livre, en avait bénéficié. Cette franchise m’a encouragé à prier pour ceux qui s’ouvraient ainsi à moi, mais aussi pour que je puisse également m’ouvrir plus facilement aux autres.

Par ce que d’autres frères ont écrit

Troisièmement, Dieu m’a enseigné et encouragé au travers des paroles et des actions de frères et sœurs que je n’ai jamais rencontrés. Grâce à ce service, j’ai pu avoir à portée de main des siècles de sagesse et de fidélité chrétiennes.

La section des biographies m’a permis de découvrir quelle a été la constance de Hugh Latimer, Nicholas Ridley, et d’autres encore – qui sont allés jusqu’au martyre. Dans la section sur la théologie, l’ouvrage de John Murray, solidement étayé de versets bibliques, a été pour moi une leçon grandement nécessaire sur la rédemption. Grâce à Jerry Bridges, les péchés inavoués résidant dans mon cœur, ont été mis à jour.

Et il y en a eu des dizaines d’autres qui m’ont pris par la main pour partager généreusement le fruit de leur travail assidu et fidèle dans l’Écriture.

En réfléchissant aux bénédictions de Dieu

Quatrièmement, Dieu m’a enseigné et encouragé lorsque j’ai réfléchi à toutes ses bénédictions. Penser à la façon dont il a utilisé les mots et les actions de son peuple a augmenté ma foi et ma joie en lui.

Au moment même où j’écris ces mots, je m’étonne de la façon merveilleuse dont l’église reflète la gloire de Dieu. Ma foi est affermie quand je vois le fruit de l’Esprit dans la vie de frères et sœurs plus âgés qui suivent Christ depuis des décennies. Je suis inondé de joie quand je vois qu’un nouveau chrétien a toujours plus soif de connaître Dieu. Et aussi, je suis rempli du désir de communion éternelle avec tout le corps de Christ quand je repense à la fidélité de ceux qui sont déjà entrés dans le repos de Dieu.

Conclusion

Je ne méritais pas les abondantes récompenses que j’ai reçues. Elles ne me rendent pas témoignage, mais sont un témoignage de la fidélité de Dieu et de cette façon incroyable dont il se sert de nous, son peuple, pour en faire profiter tout un chacun.

Les diacres peuvent avoir différentes responsabilités, mais ils sont tous bien placés pour voir le peuple de Dieu interagir les uns avec les autres. Ils sont au premier rang pour observer la fidélité des autres. Ils peuvent constater que Dieu utilise leur propre ministère, même imparfait, pour encourager d’autres saints. Ils peuvent continuer à apprendre grâce à d’autres chrétiens qui partagent leur joie dans le Seigneur. Les récompenses peuvent être différentes, mais c’est une joie, pour tous, de servir le Dieu vivant en servant son peuple.

 


 

Cet article a été traduit et publié à l’origine par Revenir à l’Évangile, un ministère situé au Québec. Rendez-vous sur leur site Web pour trouver des ressources similaires.