Discipline

22 erreurs que les pasteurs commettent en pratiquant la discipline d’église

Article
09.18.2015

Les pasteurs commettent parfois les erreurs suivantes vis-à-vis de la discipline d’église formelle :

  1. Ils n’enseignent pas à leur assemblée ce qu’est la discipline d’église et pourquoi ils devraient la pratiquer.
  2. Ils n’enseignent pas à leur église comment vivre en tant que membre de l’église de façon significative. Enseigner à l’assemblée ce que veut dire être membre de l’église de façon significative inclut : 1. Enseigner aux gens ce qu’être membre de l’église implique avant qu’ils joignent l’église. 2. Encourager les personnes non-membres présentes au culte de joindre l’église. 3. Soigneusement interviewer chaque personne voulant joindre l’église. 4. Effectuer une surveillance régulière de l’ensemble du troupeau. 5. Maintenir une liste mise à jour des membres qui reflète précisément qui est présent aux rassemblements hebdomadaires.
  3. Ils n’enseignent pas la conversion biblique à leur assemblée, particulièrement le besoin de repentance.
  4. Ils n’enseignent pas les nouveaux membres alors qu’ils joignent l’église sur la possibilité de discipline d’église et le fait que la « démission préventive » ne fonctionne pas (NdT : la « démission préventive » consiste à quitter son église afin d’échapper à la discipline).
  5. Ils ne font pas en sorte que les documents publics de l’église (règlements administratifs, constitution, statuts, etc.) prennent en compte les procédures de discipline de l’église, exposant ainsi l’église à des risques légaux.
  6. Ils ne suivent pas les étapes décrites en Matthieu 18 ou 1 Corinthiens 5 en fonction des circonstances. Dans une situation « Matthieu 18 », par exemple, ils ne commencent pas le processus de discipline en confrontant le péché de façon privée.
  7. Ils évaluent mal le moment où il faut appliquer la discipline formelle, soit en traînant des pieds, soit en se précipitant trop vite dans le jugement.
  8. Ils n’expliquent pas de façon adéquate à leur assemblée pourquoi un acte de discipline en particulier est nécessaire.
  9. Ils partagent avec leur assemblée beaucoup trop de détails à propos d’un péché en particulier pour lequel il recommande la discipline, humiliant les membres de la famille et faisant trébucher les brebis les plus faibles.

10.Ils traitent le processus de discipline d’église entièrement comme un processus légal sans se soucier d’accompagner le cœur de la personne non-repentante.

11.Ils ne font pas beaucoup attention aux différences entre les différents types de pécheurs et comment cela pourrait affecter combien de temps une église devrait supporter un péché récurrent avant de passer aux étapes subséquentes de la discipline (cf. 1 Th 5:14).

12.Ils oublient qu’eux aussi vivent au profit de la provision de grâce de l’évangile et appliquent alors la discipline à partir d’une position de « justes ». D’autres erreurs découlent d’ailleurs de cette mauvaise posture : un ton bien trop sévère ou encore une attitude froide et distante.

13.Ils échouent à vraiment aimer le pécheur… en ne suppliant pas le Seigneur pour qu’il se repente.

14.Ils demandent trop d’un « roseau cassé » ou d’un « lumignon qui fume » (Mt 12:20). En d’autres termes, leurs conditions de repentance sont trop hautes pour quelqu’un qui a été profondément esclave d’un péché.

15.Ils n’enseignent pas correctement à leur assemblée comment interagir avec le pécheur non-repentant : comment interagir avec lui dans des situations sociales ? Comment poursuivre sa repentance ?

16.Ils n’invitent pas l’individu discipliné à continuer à venir au culte de l’église afin qu’il puisse continuer à entendre la Parole de Dieu (en supposant qu’il n’y a pas de menace criminelle en jeu). De la même manière, ils n’informent pas l’église que tout le monde devrait espérer que l’individu discipliné continue à venir au culte.

17.Ils confient la responsabilité du processus de discipline à une seule personne, le pasteur principal, poussant ainsi les membres de l’église à accuser le pasteur principal d’être personnellement vindicatif.

18.Ils n’ont pas de participation suffisante des anciens dans la vie de l’église, de sorte que les anciens ne sont pas au courant de la santé spirituelle des brebis. Cet échec de discipline formatrice affaiblira inévitablement la capacité de l’église à pratiquer correctement la discipline correctrice.

19.Ils échouent à enseigner la Parole de Dieu chaque semaine.

20.Ils permettent à l’assemblée d’aborder un cas de discipline avec une mauvaise attitude de rétribution, plutôt qu’avec le désir motivé par l’amour d’avertir le pécheur non-repentant de la rétribution ultime de Dieu.

21.Ils appliquent la discipline par rapport à des sujets que la Bible ne condamne pas (jouer aux cartes, danser, etc.).

22.Ils cherchent la discipline pour n’importe quelle raison autre que celle du bien de l’individu, le bien de l’église, le bien de la communauté et la gloire de Christ.

(Note de l’éditeur : Cette liste provient de l’appendice du livre de Jonathan Leeman « Church Membership: How the World Knows Who Represents Jesus » [Être membre de l’église : L’importance de représenter Jésus aux yeux du monde]).

 

Cet article a été traduit par Timothée Davi.

Cet article a été traduit et publié à l’origine par Revenir à l’Évangile, un ministère situé au Québec. Rendez-vous sur leur site Web pour trouver des ressources similaires.