L'Évangile

Prêcher l’évangile à un enterrement

Article
02.20.2015

Le conseil le plus utile que j’ai jamais reçu en ce qui concerne le fait de prêcher à un enterrement pour quelqu’un que je ne connaissais pas est le suivant : « Ne prêche pas comme s’il était au ciel. Ne prêche pas comme s’il était en enfer. Contente-toi de prêcher l’évangile à ceux qui sont présents. » Ce principe représente notre tâche en général, et cela indépendamment du type d’enterrement auquel l’on assiste. De façon ironique, bien que l’on se concentre sur le fait de se souvenir et de célébrer la vie du défunt, le culte d’enterrement est ultimement pour ceux qui y assistent.

La prédication est là où l’évangile doit être prêché clairement. C’est seulement quand l’on peut être personnellement certain de la conversion d’une personne que l’on est en mesure de parler de la récompense céleste qu’il/elle a maintenant reçue. S’il y a quelque incertitude dans votre esprit à ce niveau, ce qui sera presque nécessairement le cas lorsque l’on prêche à l’enterrement de quelqu’un que l’on n’a jamais rencontré, il vaut mieux se concentrer sur l’évangile pour vos auditeurs. Il vaut mieux résister à la tentation de pourvoir un faux confort pour lequel vous n’avez aucun fondement concret.

Une prédication d’enterrement ne devrait pas dépasser les 20 minutes et devrait mettre en évidence trois catégories, de préférence découlant d’un texte ou de textes de l’Écriture :

  1. Reconnaître le besoin du deuil

L’histoire de Jésus ressuscitant Lazare d’entre les morts (Jn 11) est particulièrement utile à ce niveau. Si Jésus pleure la perte d’un ami, nous devrions faire de même. Je partage souvent la fois où mon père est venu nous soutenir moi et ma femme lorsque nous avons appris que nous avions perdu notre deuxième enfant à cause d’une fausse couche ; il nous a exhortés à prendre le temps de faire le deuil de cet enfant, nous instruisant comment le faire.    

Ne présumez jamais que les gens réalisent que le deuil est chose appropriée, ou qu’ils savent comment surmonter leur peine en parlant simplement du bien-aimé défunt. En fait, beaucoup ne veulent pas parler du défunt à cause de la douleur ressentie à cause de la perte. Beaucoup de pasteurs savent que souvent, des années après, les gens apprennent la valeur de ce processus, surmontant finalement leur deuil aidés pour ce faire par quelques conseils pastoraux.

  1. Faire clairement connaître l’espoir de l’évangile

Le véritable espoir au milieu du deuil ne peut venir d’une autre façon que par l’espoir que nous avons dans l’évangile. C’est la raison pour laquelle la deuxième et la troisième partie d’une prédication d’enterrement se concentrent sur la personne et l’œuvre du Christ. Quel que soit le texte sur lequel vous choisissez de prêcher, assurez-vous que vous êtes capables de vous concentrer sur l’élément clair de l’évangile : la sainteté de Dieu, la nature pécheresse de l’homme méritant le jugement, la personne parfaite du Christ et son œuvre d’expiation pour nous sauver et enfin notre réponse essentielle consistant à se repentir et croire en Christ

  1. Appelez vos auditeurs à répondre à l’évangile

Pour le faire d’une façon appropriée et efficace, vous devez vous préparer en en sachant autant que possible sur vos auditeurs aussi bien que sur le défunt. Vous devriez supposer que des chrétiens et des non chrétiens sont présents. Vous devriez supposer qu’ils sont tous venus avec une compréhension préconçue sur la façon dont on reçoit la vie éternelle. Par exemple, j’ai fait un enterrement où quatre-vingt-dix pour cent des personnes présentes étaient de fervents catholiques, un autre où la plupart de ceux qui étaient présents étaient mormons et encore un autre où personne dans le bâtiment n’avait jamais mis les pieds dans une église.

Pour chaque cas, j’ai clairement expliqué l’évangile, appelé mes auditeurs à se repentir de leurs péchés, à croire en Christ et à placer leur confiance en lui. Pourtant, dans chacune de ces différentes situations, j’ai approché le fait de les appeler à répondre à l’évangile de façon différente, en fonction de leur compréhension préconçue de la « bonne nouvelle ». Exhortez-les à pleurer. Prêchez l’Évangile clairement et simplement. Aidez-les à comprendre combien ils ont besoin de Christ alors que la mort se trouve devant eux. Appelez-les à se repentir et à croire.

 

Cet article a été traduit par Timothée Davi.

Cet article a été traduit et publié à l’origine par Revenir à l’Évangile, un ministère situé au Québec. Rendez-vous sur leur site Web pour trouver des ressources similaires.