Être membre de l’Église

Puis-je considérer mon groupe de maison comme mon Église ?

Article
03.11.2016
  1. Proclamez l’Évangile. Prêchez sur la sainteté de Dieu, la nature pécheresse de l’homme, l’expiation substitutive de Christ et sa résurrection, ainsi que le besoin de se repentir de ses péchés et de placer sa confiance en lui. Dites clairement que ceux qui ne sont pas engagés les uns envers les autres dans l’amour n’ont aucune raison de penser qu’ils se sont engagés envers Dieu dans l’amour (1 Jn 4.20,21).
  2.     Utilisez une déclaration de foi et une déclaration d’engagement. Demandez aux membres de confirmer qu’ils sont bien d’accord avec la déclaration de foi de l’Église (ce que croit l’Église) et la déclaration d’engagement des membres (comment les membres vivent ensemble).
  3.     Exigez un cours sur l’adhésion à l’Église. Cela aide les membres potentiels à savoir ce que l’on attend d’eux et ce qu’ils peuvent attendre de l’Église. Saisissez cette occasion pour enseigner, à travers la déclaration de foi et la déclaration d’engagement, l’importance d’être membre ainsi que les détails pratiques du fonctionnement de votre Église.
  4.     Exigez un entretien avec un ancien ou l’un des pasteurs. Lors de cette entrevue, demandez à l’individu de présenter l’Évangile et de raconter son témoignage de conversion ainsi que sa vie en tant que disciple depuis ce jour. C’est aussi l’occasion d’apprendre à connaître de nouvelles personnes et de poser des questions dans un environnement confortable.
  5.     Cessez de baptiser les enfants. Un jeune enfant peut certainement devenir un chrétien. Cela dit, l’Église n’est pas en mesure de discerner si oui ou non l’enfant est réellement devenu chrétien. On devrait donc donner aux enfants l’occasion de grandir en maturité et de résister à l’attraction du monde. Ne créez pas de confusion en baptisant ceux dont la profession de foi ne peut être évaluée de façon fiable par l’Église.
  6.     Exigez l’approbation de l’assemblée en ce qui concerne les nouveaux membres. L’admission et l’exclusion des membres de l’Église est un acte qui incombe à l’assemblée entière (cela se retrouve dans 2 Co 2.6). Conduisez l’Église à valider explicitement chaque membre qu’elle reçoit ou qu’elle renvoie.
  7.     Publiez régulièrement une liste exacte des membres. Encouragez les membres à l’utiliser comme liste de prière.
  8.     Assurez-vous du suivi pastoral des membres. Assurez-vous que chaque membre converse régulièrement avec un ancien ou un chrétien mature de l’assemblée. Prenez l’initiative de chercher à savoir ce qui se passe dans la vie des membres.
  9.     Cultivez une culture de formation de disciples. Encouragez les chrétiens plus jeunes à devenir des disciples de chrétiens plus matures. Encouragez les chrétiens plus matures à prendre des chrétiens moins matures sous leur aile. Encouragez chaque membre de l’Église à entretenir des relations avec d’autres chrétiens qui seront bénéfiques pour leur vie spirituelle.
  10.  Limitez certaines activités et certains services aux membres. Les Églises devraient envisager la possibilité de limiter leurs assemblées générales, leurs ministères publics et certains de leurs petits groupes aux membres.
  11.  Pratiquez la discipline d’église. Une fois que la culture d’adhésion à l’Église a été bien établie, amenez l’assemblée à mettre en pratique la discipline d’église envers ceux qui persistent dans un péché sérieux et refusent de se repentir.

Cet article est une traduction d’un texte tiré du livre Restoring Integrity in Baptist Churches ­(Thomas White, Jason B. Duesing, et Malcomb B. Yarnell, éd., Ill., Kregel Academic & Professional, 2007, p. 57-60).De nombreuses Églises ont un ministère de groupes de maison. Des groupes de taille variable (en général, une dizaine de croyants) semblent être l’un des meilleurs contextes pour discuter des Écritures et exprimer des requêtes de prière. Comme il n’est pas vraiment possible d’avoir ce même genre d’interactions durant le culte du dimanche matin, les groupes de maison deviennent le lieu de prédilection pour les ministères qui s’exercent « les uns envers les autres ». On dépend les uns des autres, on échange nos points de vue, on partage et on se confie sur nos problèmes et les difficultés de la vie.

En raison de tout cela, il peut être facile pour un tel groupe de devenir central dans la vie spirituelle de ses membres. En fait, le groupe devient l’Église.

Si tout cela est compréhensible, ce n’est pas souhaitable. Les groupes de maison ne doivent pas remplacer la réunion principale de l’Église. Si votre groupe de maison devient votre Église, il vous manquera quelque chose. Il est à noter que dans certains contextes où il n’y a que peu de croyants, les Églises sont suffisamment petites pour fonctionner comme des groupes de maison. La Bible ne précise pas la taille que doit atteindre une Église. On ne cherche pas ici à savoir si des Églises saines peuvent être composées de petits groupes de personnes : elles le peuvent. Par contre, ces petits groupes ne devraient pas remplacer l’Église.

Pourquoi ? Tout d’abord, parce que le fait que l’Église soit une grande famille est aussi un moyen de montrer qui Dieu a réconcilié avec lui-même. Nos groupes de maison ne reflètent probablement pas toutes les tranches d’âge et les différents arrière-plans des gens qui font partie de la famille élargie de l’Église, contrairement à nos rassemblements du dimanche qui exposent cette variété. Et c’est une chose très importante.

Deuxièmement, la portée de ce que peut faire un groupe de maison est entravée précisément par sa taille. Une Église est un corps composé de plusieurs membres, chaque membre jouant un rôle distinct dans la vie du corps. Au sein d’un groupe de maison, on ne retrouve pas la gamme complète des dons et des ministères présents dans la famille élargie de l’Église.

Troisièmement, un groupe de maison n’est pas dirigé comme l’est une Église. Il ne peut donc pas trancher sur une question doctrinale ou comportementale, comme le feraient les dirigeants reconnus de l’Église. Il lui est aussi impossible de prendre la sainte Cène d’une façon qui reflète l’unité de l’Église tout entière.

Les groupes de maison peuvent être un complément formidable à la vie de l’Église, mais ne doivent jamais la remplacer. On veut être dans une Église avec des groupes de maison, pas dans une Église de groupes de maison. Le centre de la vie d’Église est la grande assemblée, pas les groupes de maison.

*****

NDLR : Cet article est tiré du livre de Sam Allberry intitulé Why bother with the church ? (Pourquoi s’embêter avec l’Église ?), trad. libre.

Cet article a été traduit et publié à l’origine par Revenir à l’Évangile, un ministère situé au Québec. Rendez-vous sur leur site Web pour trouver des ressources similaires.