Être membre de l’Église

Un exemple de déclaration sur l’assiduité à l’église

Article
09.01.2015

Note de l’éditeur : ce qui suit est une déclaration des anciens de Del Ray Baptist Church, à Alexandria, en Virginie. Ils ont récemment commencé à distribuer des « études pastorales » pour aider leur assemblée à bien réfléchir à des thèmes bibliques importants qui affectent la vie de leur Église. Cette première déclaration a été conçue afin d’aider à établir les attentes sur ce que cela signifie d’assister régulièrement au culte hebdomadaire. Ce n’est pas un document qui fait loi, mais plutôt une déclaration visant à aider leur assemblée à comprendre comment ils prévoient vivre ensemble.

Selon le Nouveau Testament, la vie d’Église consiste, pour les croyants, à se réunir le premier jour de la semaine pour adorer et servir le Seigneur ainsi qu’à s’asseoir ensemble régulièrement pour prendre la sainte cène afin de se rappeler que Christ est mort pour eux (1 Co 11 ; 1 Co 16.2 ; Hé 10.24-26). Conformément à ce plan établi, les membres de l’église Del Ray Baptist Church (DRBC) s’engagent volontairement à assister régulièrement au culte de l’Église, une responsabilité et un privilège qui sont clairement précisés dans la déclaration d’engagement des membres ainsi que dans la constitution de l’Église et les règlements qui y sont attachés. Fréquenter fidèlement l’Église ne permet pas de gagner son salut et n’est pas une façon de mesurer le niveau spirituel de l’un par rapport à l’autre. Cela reflète cependant un engagement croissant envers l’Évangile, le bien de la communauté d’Église et la santé spirituelle.

Par cet engagement, les membres montrent qu’ils feront tout leur possible pour être présents pour adorer et servir lors du culte dominical. Ils montrent également leur désir de s’encourager mutuellement à profiter de ce privilège et d’être redevables les uns les autres. Bien sûr, nous reconnaissons que certains membres sont incapables de s’acquitter de ces responsabilités pour des raisons inévitables, comme le service militaire obligatoire, les études ou une maladie prolongée. Toutefois, en dehors de ces circonstances, nous jugeons que tout membre qui néglige d’assister régulièrement à nos réunions et à nos cultes ne respecte pas les Écritures et les exigences de l’adhésion à notre Église, incluant notre déclaration d’engagement, notre constitution et les règlements qui y sont attachés. [1]

La fidélité dans l’assistance aux réunions honore Christ et contribue à l’édification de son Église. L’absentéisme fait tout le contraire. Il déshonore son nom et nuit à son Église à bien des égards et pour de nombreuses raisons. [2]

  1.   Les membres fidèles confirment la puissance de l’Évangile et soutiennent l’œuvre d’évangélisation, tandis que les personnes qui ne participent pas freinent l’évangélisation.

Jésus a dit : « À ceci tous connaîtront que vous êtes mes disciples, si vous avez de l’amour les uns pour les autres » (Jn 13.35). Jésus a prié pour l’unité de ses disciples « afin que le monde croie » que le Père a envoyé le Fils dans le monde (Jn 17.21). Pour que le monde puisse voir notre amour et notre unité, nous devons nous réunir régulièrement. Tous ceux qui portent le nom de Christ (ceux qu’une Église locale valide comme « membres »), mais qui choisissent volontairement de vivre leur vie en dehors de la communauté des croyants usurpent une identité. Ils ont pris le nom de Christ, mais ils ne s’identifient pas sincèrement avec son corps, l’Église locale. En refusant d’être redevables, ils rendent l’évangélisation plus difficile aux autres chrétiens, car, bien souvent, ils ne vivent pas comme des chrétiens.

  1.   Les membres fidèles montrent aux nouveaux croyants ce qu’est une vie centrée sur Christ, tandis que ceux qui n’assistent pas à l’Église sèment la confusion.

Les nouveaux croyants ont besoin de bons modèles (Ac 18.24-26 ; 1 Co 11.1 ; Tit 2.2-6). Lorsque la doctrine qui leur est enseignée ne concorde pas avec ce qu’ils voient chez les chrétiens qui n’assistent plus à l’Église,  ils sont dans la confusion. En effet, ils en viennent à croire qu’on peut être « chrétien » sans entretenir la moindre relation avec le corps de Christ. Les non-pratiquants ne sont pas seulement de mauvais témoins (voir le point précédent), mais de mauvais modèles. Ils désobéissent et négligent d’innombrables passages de la Bible et ils ne représentent pas le caractère de Dieu, même s’ils affirment être ses enfants par adoption.

  1.   Les membres fidèles encouragent les autres membres réguliers, tandis que ceux qui n’assistent pas au culte les découragent.

Une des raisons pour lesquelles on se réunit régulièrement est l’encouragement personnel. « Veillons les uns sur les autres, pour nous exciter à l’amour et aux bonnes œuvres. N’abandonnons pas notre assemblée, comme c’est la coutume de quelques-uns ; mais exhortons-nous réciproquement, et cela d’autant plus que vous voyez s’approcher le jour » (Hé 10.24,25). Lorsque l’Église permet à des non-pratiquants de demeurer membres, elle vide l’adhésion de son sens, ce qui blesse et décourage les fidèles.

  1.   Les membres fidèles rassurent leurs leaders en adhérant à la vérité, tandis que les absents les inquiètent.

Hébreux 13.17 dit ceci : « Obéissez à vos conducteurs et ayez pour eux de la déférence, car ils veillent sur vos âmes dont ils devront rendre compte ». À la lumière de ce verset, un pasteur ou un ancien fidèle devrait se sentir responsable de l’état spirituel de chaque membre de son troupeau. Tel un père qui s’inquiète pour son enfant qui n’est pas encore rentré à la maison lorsqu’il est tard, un bon berger n’a pas de repos tant que toutes ses brebis ne sont pas rentrées. Ceux qui n’assistent pas à l’Église rendent cette tâche quasiment impossible.

  1.   Contrairement à ceux qui n’assistent pas à l’Église, les membres fidèles sont en position d’exhorter, de corriger et d’encourager les autres membres selon la Parole de Dieu.

En raison de leur absence, ceux qui ne sont pas engagés dans l’Église locale ne peuvent pas savoir quand et comment les autres membres de leur communauté sont accablés par le péché ou la souffrance. En revanche, les membres d’Église présents et engagés peuvent se dire la vérité avec amour les uns aux autres, tout comme leur Seigneur les a exhortés de le faire par l’intermédiaire de l’apôtre Paul. « […] mais en professant la vérité dans l’amour, nous croîtrons à tous égards en celui qui est le chef, Christ. C’est de lui, et grâce à tous les liens de son assistance, que tout le corps, bien coordonné et formant un solide assemblage, tire son accroissement selon la force qui convient à chacune de ses parties, et s’édifie lui-même dans l’amour » (Ép 4.15,16).

  1.   Les membres fidèles grandissent continuellement dans leur sanctification, contrairement aux absents.

« Désirez, comme des enfants nouveau-nés, le lait spirituel et pur, afin que par lui vous croissiez pour le salut » (1 Pi 2.2). Dieu a donné aux chrétiens des moyens concrets pour qu’ils puissent grandir dans leur foi. Le fait de négliger ces moyens étouffe la croissance et la santé spirituelle. Entendre la prédication de la Parole, chanter la parole de Dieu dans l’adoration corporative et servir le corps de Christ selon la Parole de Dieu sont quelques exemples de grâces qui nous ont été données pour notre sanctification. Elles sont principalement disponibles à ceux qui se rassemblent fidèlement en Église.

  1.   Les membres fidèles recevront de l’aide pour persévérer dans la foi, contrairement aux absents qui exposent leur âme au danger.

On est certes sauvé par grâce, par la foi en Jésus-Christ, mais Dieu utilise l’Église locale pour nous aider à persévérer dans la foi. Dans la lettre aux Hébreux, on découvre que Dieu utilise l’édification spirituelle d’autres croyants pour nous garder de l’apostasie (Hé 3.12-14 ; 10.19-31 ; 12.25 – 13.17). Comme il a été dit clairement dans les points précédents, on a besoin des autres croyants pour nous aider à lutter contre le péché et à suivre Jésus. Cela signifie que même si notre présence à l’église n’est pas ce qui nous sauve, c’est quelque chose que Dieu utilise pour nous permettre de persévérer dans la foi et entrer ainsi dans le repos en Christ (Hé 4.6-16).

Ces préoccupations pèsent sur le cœur des anciens de l’église DRBC, et elles devraient être comprises par toute l’assemblée locale. Dieu nous a appelés à nous aimer les uns les autres, à veiller les uns sur les autres, en nous acquittant de nos engagements envers le Seigneur et notre prochain (Gal 6.1,2 ; 1 Th 5.11 ; Hé 3.12,13).  Nous faisons ainsi, par la grâce de Dieu, car nous voulons honorer le Seigneur et prendre soin des âmes de nos frères et sœurs en Christ.

Pour toutes ces raisons, on ne peut rester inactif lorsqu’un membre ne fréquente pas l’Église sur une base régulière (1 Pi 5.1-3). Dans ces situations, les anciens conduiront l’assemblée à s’enquérir de l’état de l’individu et, si nécessaire, l’encourageront personnellement à honorer sa responsabilité d’être présent au culte. Si le membre ne répond pas aux questions des anciens ou s’il ne fournit pas d’explication acceptable pour son absentéisme, nous suivrons ce que le Seigneur Jésus-Christ a recommandé de faire, ainsi qu’il est statué dans les documents d’adhésion à l’Église, et présenterons le nom de l’individu à l’assemblée locale pour le retirer de la liste des membres en guise de mesures disciplinaires (Mt 18.15-18).

Signé,

les anciens de l’église DRBC

*****

[1] Le langage de la constitution et des statuts de l’église DRBC se base sur les commandements bibliques énumérés ci-dessus et constitue le fondement de notre pratique d’adhésion à l’Église. À cette fin, la section 3.3.1 stipule, en partie, que : « En accord avec les devoirs énumérés dans le contrat d’adhésion à l’Église, chaque membre a le privilège et le devoir de participer et de contribuer au ministère et à la vie de l’Église par sa présence régulière au culte dominical ; par son observance fidèle aux ordonnances du baptême et du repas du Seigneur ; par sa soumission à sa discipline et à son instruction ; et par sa participation et son vote concernant toutes les questions soumises au vote de l’assemblée lors des réunions des membres. » Voir Del Ray Baptist Church Constitution and Bylaws, Section 3.3.1 « Droits et privilèges des membres », 11 août 2013.

[2] De nombreux auteurs et pasteurs ont abordé les enseignements bibliques concernant les dangers de l’absentéisme, mais les écrits les plus clairs et concis sont ceux des pasteurs Mark Dever et Matt Schmucker qui ont influencé la préparation de cette déclaration. Voir, par exemple, Mark Dever, L’Église : un bilan de santé, Cruciforme, 2014, p. 89-95 ; Matt Schmucker, Why should churches discipline members who consistently do not attend ? [Pourquoi les Églises devraient-elles discipliner les membres pour leur manque d’assiduité ?], trad. libre, 9Marks Journal, 2010.

Cet article a été traduit et publié à l’origine par Revenir à l’Évangile, un ministère situé au Québec. Rendez-vous sur leur site Web pour trouver des ressources similaires.