Leadership

Accueillez les femmes qui peuvent enseigner – ne les craignez pas

Par Adrienne Lawrence

Adrienne Lawrence vit à Portland, Oregon, avec son mari Michael Lawrence, le pasteur principal de « Hinson Memorial Baptist Church ».
Article
09.25.2020

Les pasteurs se trouvent parfois entre le marteau et l’enclume lorsqu’il s’agit du rôle des femmes dans l’enseignement de leurs églises. D’une part, ils peuvent avoir rencontré des femmes ayant des capacités d’enseignement qui n’étaient pas des complémentariennes heureuses. D’autre part, ils peuvent avoir rencontré des membres d’église alarmés lorsqu’ils ont autorisé des femmes à enseigner dans certains contextes. Dire ou faire quoi que ce soit pour encourager les femmes à enseigner peut être ressenti comme un champ de mines. La tendance est donc au statu quo.

Cela peut sembler « prudent », mais peut être nuisible à la santé de votre église.

POURQUOI VOUS DEVRIEZ ACCUEILLIR LES FEMMES QUI PEUVENT ENSEIGNER

  1. Elles sont dans votre église.

Même si quelques femmes considèrent que leur mission est de changer une église, la plupart y sont heureuses. Il existe de nombreuses options d’église qui donnent aux femmes carte blanche pour enseigner et prêcher. Si elles voulaient cela, elles auraient déjà choisi l’une de ces églises. Par conséquent, supposons que si une femme a choisi votre église, alors elle adhère déjà au complémentarisme.

  1. Chaque membre édifie le corps de Christ.

Un pasteur sage comprend sa responsabilité d’équiper tous les saints pour l’œuvre du ministère. Comme Paul nous le rappelle, il faut tout le corps pour faire grandir le corps tout entier, par le bon fonctionnement de chacune de ses parties (Eph 4.16). Une femme qui peut enseigner est une « partie » que Dieu veut utiliser pour aider à édifier l’église. Après tout, être complémentarien signifie que nous croyons que les hommes comme les femmes, chacun à leur manière, sont nécessaires pour mener à bien la Grande Commission. Par conséquent, soyez à l’affût des femmes qui ont la capacité d’ouvrir les Écritures et de les expliquer clairement.

Nous avons des exemples de femmes qui font cela dans les Écritures. Nous voyons Priscille, aux côtés de son mari, enseigner à Apollos dans Actes 18.26. Paul demande à Tite d’encourager les femmes à enseigner à d’autres femmes dans Tite 2.3-5. Bien que les églises doivent déterminer comment elles resteront fidèles à 1 Timothée 2.12, les femmes peuvent enseigner dans une myriade de contextes, même dans de petites églises complémentariennes.

COMMENT ELLES PEUVENT VOUS AIDER

  1. Elles peuvent s’associer à vous pour former vos femmes sur le plan théologique.

Les pasteurs ne se rendent pas compte qu’il existe parfois un fossé entre les possibilités d’apprentissage théologique des hommes et celles des femmes. Les églises complémentariennes ne créent généralement pas ces lacunes de manière intentionnelle. Elles surviennent parce que la formation théologique a souvent lieu dans des contextes ad hoc. Les pasteurs sous-estiment la quantité de formation théologique qui a lieu lorsqu’ils déjeunent avec un homme dans leur église, ou qu’ils le rejoignent dans le couloir, ou qu’ils expliquent leur pensée sur un sujet particulier lors d’une réunion d’anciens.

Les femmes qui sont douées pour la théologie peuvent dispenser un enseignement ad hoc similaire parmi les femmes de votre église. Certaines femmes peuvent enseigner des concepts théologiques de façon plus pertinente pour d’autres femmes. Mais plus que cela, elles sont entourées de femmes et ont donc plus d’occasions de les enseigner.

  1. Elles peuvent vous empêcher d’externaliser l’enseignement de vos femmes.

Malheureusement, il y a beaucoup de contenu émotionnellement convaincant, mais bibliquement suspect destiné aux femmes. Beaucoup de femmes voient ce contenu pour ce qu’il est et aspirent à un enseignement solide, mais certaines sont attirées par le lien émotionnel qu’offre ce type de contenu. Une sœur de votre église peut écouter votre prédication le dimanche, mais être ensuite influencée par cet autre type d’enseignement pendant la semaine. Les femmes de votre église qui sont capables d’enseigner peuvent aider ces femmes à voir les lacunes bibliques de ce type de contenu. À sa place, elles peuvent offrir un enseignement solide sur le plan biblique. Ce faisant, elles s’associeront aux anciens pour enseigner aux femmes comment lire leurs Bibles et appliquer cet enseignement à leur vie. Qu’elles le fassent dans un grand groupe ou avec quelques femmes avec des bibles et du café à la main est sans importance.

Heureusement, les ressources fournies par des femmes réfléchies et respectueuses des textes – livres, podcasts, enseignement vidéo, articles de blog, etc. ont proliféré au cours de la dernière décennie. Je loue Dieu pour ces ressources, mais il y a un danger inhérent à s’appuyer trop fortement sur ces ressources. Les femmes qui produisent ce matériel parlent avec force aux femmes de votre église, mais elles ne connaissent pas vos femmes ni votre contexte particulier. Avoir des femmes dans votre église qui connaissent les deux est précieux, et Dieu est celui qui a placé ces femmes dans votre église.

  1. Leur présence devrait aider vos anciens à clarifier et à communiquer votre pratique du complémentarisme.

Nous nous conformons tous à la façon dont nous avons fait les choses dans le passé, et les églises ne font pas exception. Nos églises devraient continuellement réexaminer les Écritures afin d’être pleinement obéissantes. L’un de ces domaines pourrait être celui des contextes d’enseignement appropriés pour les femmes. La présence de femmes capables d’enseigner pourrait inciter les anciens à clarifier leur pensée dans ce domaine. Cela peut ne pas être confortable, mais c’est utile pour tout le monde.

Il est également important que les femmes sachent quels contextes d’enseignement sont acceptables dans votre église. La plupart des femmes ne veulent pas faire de vagues inutiles. Par exemple, c’est aussi gênant pour elles que pour vous si elles mènent une étude biblique mixte pour découvrir que les dirigeants de votre église ne croient pas que c’est biblique. Clarifiez les domaines dans lesquels les femmes peuvent enseigner et cherchez ensuite des moyens de les encourager à le faire.

  1. Elles vous donneront une perspective différente.

Les femmes qui connaissent bien les Écritures auront un aperçu d’un texte biblique que vous n’auriez peut-être pas envisagé. Un ami pasteur m’a récemment dit qu’il avait été frappé par la vision de Nancy Guthrie sur la menace implicite que les femmes de Lamech auraient entendue dans ses vantardises. (dans le podcast « Help Me Teach the Bible », sur « Richard Phillips on Teaching Genesis »). Ces femmes peuvent également vous faire part de préoccupations ou de sensibilités particulières que d’autres femmes pourraient avoir à l’égard d’un passage et de la façon dont elles entendent votre enseignement en tant que femmes. Donc, faites preuve d’intention en parlant et en écoutant les femmes de votre église et en obtenant leurs commentaires sur votre enseignement. Certains pasteurs rassemblent même un groupe d’hommes et de femmes doués pour la Bible avant de commencer une nouvelle série afin de passer en revue les passages à prêcher.

COMMENT VOUS POUVEZ LES AIDER

  1. Le ton compte.

Cela m’a été rappelé récemment lorsque j’ai entendu un pasteur parler avec mépris d’une femme dont il ne partageait pas le point de vue. Les hommes ne se rendent pas compte à quel point il est humiliant et nuisible pour toutes les femmes que des pasteurs respectés parlent ainsi d’une autre femme. Il doit y avoir un moyen de ne pas être d’accord avec une femme, et pourtant le faire avec douceur et respect, n’est-ce pas ? Vous parlerez beaucoup aux femmes de votre église si vous prenez soin de parler avec elles et à leur sujet avec dignité et respect. En tant que femme, je préférerais de loin être dans une église avec un pasteur qui a des vues plus restrictives sur l’enseignement des femmes, mais qui respecte les femmes, plutôt que d’être dans une église avec un pasteur qui a des vues moins restrictives, mais qui n’est pas respectueux.

  1. Investissez en elles sur le plan théologique.

Voici quelques moyens de le faire sans avoir besoin de beaucoup de temps ou de programmes supplémentaires.

  •   Rassemblez régulièrement des femmes leaders et offrez une formation théologique. Peut-être que dans votre église, les femmes leaders enseignent dans le ministère auprès des enfants, ou dirigent des études bibliques, ou font beaucoup de disciples. Envisagez de les réunir pour lire un livre ou un article ou pour une discussion ponctuelle sur un sujet théologique particulier et sa relation avec leur sphère de ministère.
  •   Y a-t-il des moments où les hommes de votre église se réunissent de manière formelle ou informelle pour une formation théologique ? Réfléchissez à la possibilité d’ouvrir ces opportunités aux femmes. Peut-être le sont-elles déjà, mais aucune femme n’y participe. Essayez d’inviter spécifiquement quelques femmes dont vous pensez qu’elles pourraient en bénéficier. Par exemple, mon mari encourage les femmes qui dirigent à assister à la revue hebdomadaire du culte. Rappelez-vous, Jésus a dit à Marthe que Marie avait choisi la « bonne part » en s’asseyant à ses pieds et en apprenant. Nous devrions vouloir offrir les mêmes possibilités aux femmes.
  •   Ne vous sentez pas obligé de faire toute la formation vous-même. Mettez des fonds à la disposition des femmes pour leur permettre d’assister à des conférences telles que le « Simeon Trust », la conférence des femmes de « The Gospel Coalition » ou le « Women’s Training Network ». La formation n’a même pas besoin d’être axée sur les femmes. « Together for the Gospel » profitera à toutes les femmes qui y assisteront. Un cours de séminaire en ligne soigneusement choisi peut également aider une femme à progresser dans son enseignement, même si elle ne poursuit jamais de diplôme. Faire de la formation des femmes une priorité dans votre budget, c’est communiquer vos valeurs.
  •   Encouragez la collaboration entre les femmes de votre église qui partagent les mêmes convictions. Les femmes sont souvent meilleures que les hommes quand il s’agit de collaborer. Mettez de bonnes ressources entre leurs mains et encouragez-les à se réunir et à en discuter.
  1. Communiquez clairement au sujet de la pratique du complémentarisme de votre église.

Expliquez comment votre église en est arrivée à ces positions et où vous les voyez dans les Écritures. Si les femmes comprennent votre position, il y a de fortes chances qu’elles soient de meilleures alliées. Elles peuvent ne pas être personnellement d’accord avec chaque décision, mais plus d’informations leur permettront de vivre plus heureusement sous la direction de l’église. N’est-ce pas le cas pour nous tous ? Je ne suis pas d’accord avec toutes les décisions prises par mon église – et mon mari est le pasteur ! Mais en tant que membre de l’église, je m’efforce de promouvoir l’unité dans le corps, même lorsque je ne suis pas d’accord avec une décision.

Une fois que vous avez clairement communiqué votre position, une femme peut décider si votre église lui convient. Si elle estime qu’elle doit enseigner d’une manière contraire à la politique de votre église, vous pouvez l’aider à trouver une autre église où elle pourra le faire. Vous restez en bons termes et la division dans le corps est évitée.

  1. Trouvez des moyens d’utiliser leur enseignement dans votre église.

Les femmes qui peuvent enseigner hésitent parfois à créer des opportunités de peur de passer pour des arrivistes. Alors, venez à leurs côtés et identifiez les opportunités qui s’offrent à elles. Voici quelques possibilités : études bibliques pour les femmes, ministère auprès des enfants, événements ponctuels ou périodiques pour les femmes, discipulat et rédaction de programmes d’enseignement pour le ministère auprès des femmes ou des enfants. Ce ne sont là que quelques exemples. De plus, si les femmes de votre église s’épanouissent dans le cadre d’un ministère féminin particulier, demandez-vous si votre église pourrait l’engager pour former d’autres femmes et ainsi étendre son bon travail.

Les femmes qui veulent édifier le corps seront heureuses d’enseigner dans tout contexte approprié. Elles peuvent ne pas se sentir à l’aise devant une grande foule ou avec un groupe d’élèves de troisième année, mais si elles savent que c’est pour le bien de l’église dans son ensemble, elles envisageront de le faire. Je me méfie toujours d’une femme, tout comme je me méfie d’un homme, qui est désireux d’enseigner dans des cadres « de haut niveau », mais qui est réticent à l’idée de faire du discipulat en tête-à-tête ou d’enseigner dans le cadre d’un ministère pour enfants. Le ciel va révéler une foule de saints qui ont travaillé sans bruit pour faire avancer le royaume.

  1. Cherchez des moyens d’utiliser leur enseignement en dehors de votre église.

Cherchez des moyens de promouvoir leur enseignement en dehors de votre église. Une retraite dans une autre église est une possibilité. Les pasteurs font confiance aux recommandations des autres pasteurs lorsqu’il s’agit de femmes enseignantes. Mais les possibilités ne doivent pas être limitées au contexte de l’église. Encouragez-les à commencer des études bibliques d’évangélisation sur leur lieu de travail ou dans leur quartier.

CONCLUSION

Soyez honnête vis-à-vis de vous-même. Les femmes qui peuvent enseigner peuvent vous rendre nerveux pour une multitude de raisons. Mais réfléchissez à ce qui pourrait arriver si vous adoptiez une attitude de gratitude plutôt que d’anxiété. Au lieu d’éprouver de la peur ou de la frustration, vous et elles pourriez éprouver la joie et la satisfaction de voir Dieu utiliser les femmes pour le bien de son église et la louange de sa gloire.

 

Adrienne Lawrence vit à Portland, Oregon, avec son mari Michael Lawrence, le pasteur principal de « Hinson Memorial Baptist Church ».

 

Cet article a été traduit par Timothée Davi. 

Cet article a été traduit et publié à l’origine par Revenir à l’Évangile, un ministère situé au Québec. Rendez-vous sur leur site Web pour trouver des ressources similaires.