Prédication textuelle

Trois raisons d’inclure un résumé concis de l’Évangile dans chaque prédication

Par Timothy Raymond

Timothy Raymond est rédacteur en chef du magazine Credo et est le pasteur de « Trinity Baptist Church » à Muncie, dans l'Indiana, depuis avril 2006.
Article
09.25.2020

Parmi les évangéliques conservateurs, il existe un débat amical et de longue date sur la question de savoir si chaque prédication doit ou non inclure un résumé concis du message de l’Évangile. Je ne parle pas ici de l’utilisation d’une herméneutique centrée sur l’évangile qui relie chaque passage de l’Écriture à la personne et à l’œuvre de Jésus, par exemple, l’approche de l’interprétation de la Bible enseignée par Graeme Goldsworthy ou Edmund Clowney.

Je parle plutôt d’insérer, quelque part dans votre prédication, d’une manière, espérons-le, naturelle et en rapport avec le reste du message, une brève explication des principales vérités sur qui est Jésus et ce qu’il a fait (en 2 à 6 minutes peut-être), ainsi qu’une exhortation à se repentir et à croire. S’il est vrai que cette approche n’est pas suivie par tous les prédicateurs évangéliques conservateurs, le partisan et le modèle le plus connu de l’inclusion d’un résumé de l’évangile dans (presque) chaque prédication est Mark Dever, pasteur de l’église baptiste « Capitol Hill » à Washington, DC. Pour un merveilleux exemple de ce dont je parle, considérez cette prédication prononcée par le pasteur Dever à la chapelle de « Southern Seminary » (le résumé de l’évangile commence à 14:04).

J’ai été persuadé de la sagesse de cette approche il y a une quinzaine d’années. Maintenant que je la suis fidèlement depuis plus de dix ans, je vois de nombreux avantages à inclure un résumé concis de l’évangile dans presque chaque prédication. Voici trois raisons pour lesquelles vous devriez également adopter cette approche :

  1. En incluant régulièrement un résumé de l’évangile, vous évangéliserez les non-chrétiens dans votre congrégation.

L’une des choses les plus surprenantes que j’ai découvertes au début de ma carrière de pasteur est le nombre de non-chrétiens qui fréquentent fidèlement les églises évangéliques. Je ne parle pas principalement des « hypocrites de l’évangile », ceux qui prétendent être chrétiens, mais ne donnent aucune preuve réelle de leur nouvelle naissance, bien qu’il y en ait certainement beaucoup dans nos églises. Je parle de personnes qui ne prétendent pas être chrétiennes, mais qui viennent à l’église parce que, par exemple, leur conjoint les entraîne ou parce que leurs parents les obligent à y assister ou simplement parce qu’elles n’ont rien de mieux à faire le dimanche matin.

La plupart des églises, en particulier en Amérique, comptent un pourcentage étonnamment élevé de ces personnes. De quoi ces personnes ont-elles le plus besoin si ce n’est d’être confrontées aux affirmations de Jésus et d’être appelées à se repentir et à croire ? Récemment, j’ai baptisé un jeune homme qui a commencé à fréquenter notre église uniquement parce qu’il aimait une jeune femme de notre congrégation. Mais chaque semaine, il entendait un résumé concis de la bonne nouvelle. Après environ six mois, l’évangile lui a ouvert le cœur et il est sincèrement né de nouveau. Tel est l’avantage potentiel d’inclure régulièrement un résumé de l’évangile dans vos prédications.

  1. En incluant régulièrement un résumé de l’évangile, vous formez les chrétiens à expliquer l’évangile à leurs amis non chrétiens.

J’ai découvert cet avantage par hasard après avoir suivi cette approche pendant quelques années. Dans des conversations informelles, j’entendais d’autres membres de ma congrégation commencer à expliquer l’Évangile et j’ai découvert qu’ils utilisaient une terminologie, une phraséologie et une logique presque identiques à celles que j’utilisais dans mes prédications hebdomadaires. J’ai fini par comprendre qu’ils n’essayaient pas de m’impressionner ou de se faire passer pour moi ; ils expliquaient simplement l’Évangile comme je les avais formés à le faire.

Je serais prêt à parier que si vous preniez au hasard un de mes fidèles membres de l’église et que vous lui demandiez ensuite de résumer l’évangile, il dirait quelque chose d’assez semblable au résumé que j’ai proclamé pendant des années. Bien qu’il soit concevable que cela puisse conduire à des répétitions manquant d’esprit et de cœur, selon mon expérience, cela a bien plus souvent conduit à la clarté et à la précision dans le partage de l’évangile, des traits qui font défaut à de nombreux chrétiens. Comme j’ai inclus un résumé de l’Évangile dans presque toutes mes prédications, mon peuple est équipé pour le communiquer à ses enfants, ses amis et ses collègues.

  1. En incluant régulièrement un résumé de l’évangile, vous communiquez, par emphase, ce qui est de la plus haute importance.

Don Carson a dit avec sagesse : « Si j’ai appris quelque chose en 35 ou 40 ans d’enseignement, c’est que les étudiants n’apprennent pas tout ce que je leur enseigne. Ce qu’ils apprennent, c’est ce qui m’enthousiasme, le genre de choses sur lesquelles je mets l’accent encore et encore et encore et encore. » Si c’est vrai, et mon expérience l’a définitivement confirmé, alors je ferais mieux d’être très prudent et intentionnel sur les choses que je souligne dans mes prédications et mon enseignement.

Si, par exemple, je mets l’accent, intentionnellement ou non, sur la politique, mon église aura une vision de la vie chrétienne centrée sur la politique. Il en sera de même si je mets l’accent sur l’œcuménisme, l’environnementalisme, le mysticisme ou le séparatisme. Mon église ne se souviendra pas de tout ce que je dis, mais elle se souviendra de ce dont je parle sans cesse.

Par conséquent, en tant que prédicateurs chrétiens, soyons attentifs et intentionnels pour souligner « avant tout … que … Christ est mort pour nos péchés » (1 Co 15.3). Engageons-nous à ne connaître « parmi vous rien d’autre que Jésus-Christ, et Jésus-Christ crucifié » (1 Co 2.2). Et dans notre prédication, que nous ne nous glorifions jamais de rien si ce n’est de la croix de notre Seigneur Jésus-Christ (Ga 6.14).

Dans ma ville, beaucoup d’églises différentes sont connues pour beaucoup de choses différentes. Il y a l’église séparatiste, l’église politique, l’église du divertissement, l’église « cool ». Par la grâce de Dieu, nous sommes connus comme l’église qui proclame l’évangile. Et cela est dû en grande partie à mon engagement à inclure un résumé de l’Évangile dans presque toutes les prédications que je prêche.

Ne vous méprenez pas. Je ne dis pas qu’il existe une loi divine non écrite qui oblige les prédicateurs chrétiens à toujours faire cela. La plupart des prédications qui ont eu le plus grand impact sur ma vie ne comportaient pas un tel résumé. En même temps, la tentation d’un ritualisme sans cœur, tant pour le prédicateur que pour l’auditeur, existe et elle peut être forte. Cependant, je continuerais à plaider pour la sagesse, la puissance, la beauté et l’efficacité de cette approche.

Si vous n’êtes pas encore convaincu, essayez simplement d’inclure un bref résumé de l’évangile une fois par mois. Je suis prêt à parier qu’avec le temps, vous commencerez à voir les fruits que j’ai mentionnés plus haut. À ce moment-là, vous pourriez commencer à inclure un résumé de l’Évangile dans chaque prédication – et je pense que vous ne reviendrez jamais en arrière à ce sujet.

 

* * * * *

Note de la rédaction : Cet article a été publié à l’origine sur le site web du magazine Credo.

 

Timothy Raymond est rédacteur en chef du magazine Credo et est le pasteur de « Trinity Baptist Church » à Muncie, dans l’Indiana, depuis avril 2006.

 

Cet article a été traduit par Timothée Davi.

Cet article a été traduit et publié à l’origine par Revenir à l’Évangile, un ministère situé au Québec. Rendez-vous sur leur site Web pour trouver des ressources similaires.