Prédication textuelle

Pas d’application ? Alors vous n’avez pas prêché

Article
09.25.2020

Vous êtes-vous déjà assis dans une salle de classe en vous demandant quel en était l’intérêt ? Je me souviens très bien de ce sentiment alors que je peinais à comprendre l’algèbre à l’université. Le cours était enseigné comme si l’application des principes allait de soi. Et c’était peut-être le cas pour les geeks en maths de la classe. Mais pour cet étudiant en littérature anglaise, c’était un exercice constant, et vain, de pensée purement abstraite. Sans en comprendre l’application dans le monde réel, j’avais du mal à comprendre pourquoi j’avais besoin de connaître la valeur d’une chose qui touchait, sans jamais vraiment l’atteindre, à l’infini.

Et si vous étiez un as des mathématiques, rappelez-vous ce que vous avez ressenti en étant invité à discuter de la signification d’un des sonnets de Shakespeare.

EXPLICATION ≠ APPLICATION

Je n’essaie pas de faire remonter de mauvais souvenirs. Mais je me demande si certains d’entre nous, prédicateurs, ne sont pas coupables de mettre les membres de leur église dans l’équivalent spirituel de la première année d’algèbre ou de composition chaque dimanche ? Comme beaucoup d’enseignants dans de nombreux domaines, nous sommes passionnés par notre sujet et extrêmement bien préparés. Nous pouvons répondre à des questions sur les temps des verbes grecs et hébreux et sur les contextes historiques et culturels du Proche-Orient ancien. Nous pouvons signaler un chiasme avant que notre peuple ne sache comment dire le mot. Et nous sommes prêts à expliquer pourquoi les traducteurs savants se sont trompés et qu’ils devraient plutôt se contenter de notre lecture.

Et pourtant, malgré toute cette richesse de connaissances et de compréhension, délivrée avec passion et d’une importance capitale, notre congrégation ne sait pas vraiment ce qu’elle doit en faire. Ils savent que c’est important, parce que c’est la parole de Dieu. Plus que cela, ils savent que c’est censé être la parole de Dieu pour eux. Mais après l’avoir expliqué, nous leur disons essentiellement : « A vous de jouer. Vous devrez trouver comment l’appliquer par vous-mêmes. » Ou pire, nous laissons les gens se sentir un peu gênés et peu spirituels de ne pas savoir comment l’appliquer, puisque cela nous semble clairement si évident.

Il ne nous suffit pas, en tant que prédicateur, d’expliquer le texte à notre congrégation. Si nous voulons être de bons bergers, nous devons appliquer le texte à leur vie d’aujourd’hui.

Alors pourquoi pas nous ? Je peux penser à plusieurs raisons.

Premièrement, l’application est un travail difficile. Face à la complexité du cœur et de la condition humaine, l’analyse de la grammaire et du contexte est un jeu d’enfant.

Deuxièmement, l’application est subjective. Je sais quand j’ai correctement souligné une phrase ou analysé un verbe. Mais comment puis-je savoir si j’ai bien compris l’application ?

Troisièmement, la demande est complexe. Le texte a un argument principal. Mais il y a des dizaines d’applications, peut-être autant qu’il y a d’auditeurs. Trier parmi la myriade d’options est décourageant.

Quatrièmement, l’application est personnelle. Dès que je commence à réfléchir à la façon dont un texte s’applique à ma congrégation, je ne peux m’empêcher de me demander comment ce texte s’applique à moi. Et parfois, je préfère simplement l’expliquer plutôt que de faire face à cette question.

Toutes ces raisons ont trait à notre propre chair et à notre désir d’éviter soit de faire un travail difficile pour lequel nous ne sommes pas doués, soit d’éviter complètement les convictions personnelles. Et donc, notre réponse à ces excuses est simplement de nous repentir.

APPLICATION ≠ CONVICTION

Mais il y a une cinquième raison, plus théologique, pour laquelle certains d’entre nous négligent l’application dans leurs sermons. Nous sommes convaincus que l’application est le travail de quelqu’un d’autre et qu’elle va au-delà de « ce pour quoi nous sommes payés ». N’est-ce pas le Saint-Esprit qui doit finalement appliquer le texte au cœur d’une personne ? Si je l’applique, et que l’application n’est pas bonne, n’ai-je pas laissé les gens s’en sortir sans s’être confrontés au texte ? Mais si je fais connaître la vérité, et que je m’écarte ensuite du chemin, alors le Saint-Esprit a un champ libre pour faire son travail. Et il le fera bien mieux que je ne le pourrais de toute façon.

J’ai entendu plus d’un prédicateur moderne très estimé faire cette remarque. Mais avec tout le respect que je vous dois, je pense que l’objection est à la fois non biblique et théologiquement confuse. La confusion consiste à confondre la conviction et l’application. La conviction de péché, de la justice et du jugement est l’œuvre du Saint-Esprit (Jean 16.8). Personne d’autre que le Saint-Esprit ne peut créer une véritable conviction, et lorsque nous essayons de faire son travail pour lui, nous nous abaissons inévitablement au niveau du légalisme. Pourquoi ? Parce que la conviction est une affaire de cœur, dans laquelle une personne est convaincue non seulement que quelque chose est vrai, mais aussi qu’elle doit rendre des comptes à Dieu pour cette vérité et doit agir en conséquence.

L’application est différente de la conviction. Bien que son but soit le cœur, elle vise à la compréhension. Si l’exégèse exige que nous comprenions le contexte original du texte, l’application consiste à explorer le contexte contemporain dans lequel ce texte est entendu. Il s’agit d’identifier les catégories de vie, d’éthique et de compréhension dans lesquelles cette parole particulière de Christ a besoin de s’épanouir (Col 3.16). Nous avons tous tendance à écouter à travers nos propres filtres et à partir de notre propre expérience. Ainsi, lorsqu’un pasteur s’efforce d’appliquer la Parole, nous avons l’occasion de considérer la signification d’un passage d’une manière que nous n’avions peut-être pas auparavant, ou que nous n’avions peut-être pas envisagée naturellement.

Par exemple, chaque fois que j’entends Jean 3.16, je pense immédiatement à mon appel à l’évangélisation. C’est mon application personnelle naturelle, presque instinctive, du verset. Mais une application homilétique prudente pourrait me faire réfléchir plus profondément à la nature de l’amour de Dieu pour moi, ou à ce que cela signifie qu’en Christ, j’ai la vie éternelle. En élargissant ma compréhension des applications possibles de ce seul verset, Jean 3.16 commence à demeurer beaucoup plus richement dans ma vie. Loin d’empiéter sur l’œuvre du Saint-Esprit, une bonne application multiplie les occasions de conviction.

ÉVITER L’APPLICATION NON BIBLIQUE

Le fait d’éviter l’application est également tout simplement non biblique. L’application est précisément ce que nous voyons les prédicateurs et les enseignants de la parole de Dieu faire sur les pages de l’Écriture. De Deutéronome 6.7 – où il est dit aux parents d’« inculquer [ces commandements] à vos enfants » – à Néhémie 8.8 – où Esdras et les Lévites non seulement lisent le Livre de la Loi au peuple, mais où « ils en donnaient le sens pour faire comprendre ce qu’ils avaient lu » – l’Ancien Testament s’inquiète de ce que le peuple de Dieu non seulement connaisse sa Parole, mais comprenne sa signification pour sa vie.

Et cette préoccupation se poursuivit dans l’enseignement de Jésus et des apôtres. En Luc 8.21, Jésus affirme sa relation avec ceux qui « écoutent la parole de Dieu et qui la mettent en pratique » et son enseignement est rempli de ce à quoi ressemblait la mise en pratique de cette parole, à commencer par le Sermon sur la Montagne. Les lettres des apôtres sont remplies d’application pratique, et ils ont transmis cette préoccupation aux anciens, qui devaient enseigner la piété pratique (1 Timothée 4) et confier ce même enseignement « à des hommes fidèles, qui soient capables de l’enseigner aussi à d’autres » (2 Timothée 2.2).

Nulle part nous ne voyons cela plus clairement que dans Éphésiens 4.12-13. Le but du don des pasteurs et des enseignants de Christ à l’église est de « former les saints aux tâches du service en vue de l’édification du corps de Christ ». Comment pouvons-nous équiper les membres de l’église pour leurs différents ministères à l’intérieur et à l’extérieur de l’église, si nous ne parlons jamais spécifiquement et pratiquement dans ce sens ? Paul semble supposer que, loin d’éviter l’application, c’est ce que nous visons constamment.

QUELQUES EXEMPLES

Alors, à quoi cela pourrait-il ressembler concrètement ? Laissez-moi vous donner deux exemples. Tout d’abord, considérons 2 Samuel 11, le récit de l’adultère de David avec Bethsabée et ensuite l’abus de pouvoir consistant à comploter pour commettre un meurtre et dissimuler son péché. De toute évidence, les applications sur la pureté sexuelle et le meurtre se trouvent à la surface du texte. Mais qu’en est-il de toutes les personnes de votre congrégation pour lesquelles l’adultère et le meurtre ne sont pas des tentations actuelles ? Je suis sûr qu’il y en a quelques-unes. N’y a-t-il rien d’autre à leur dire ? Bien sûr que si.

En regardant le péché spécifique de David, vous pouvez les aider à voir le modèle du péché en général, sa nature trompeuse, opportuniste et progressive. Ensuite, vous pouvez les aider à réfléchir aux « péchés d’opportunité » auxquels ils sont confrontés, non pas en tant que roi d’Israël, mais en tant que mères et grands-mères, étudiants et employés de bureau, cadres et retraités. Dans votre application, vous n’essayez pas d’être exhaustif. Vous essayez de leur donner le sens du passage et de les amener à réfléchir sur leur propre vie.

Vous pouvez aussi considérer Ephésiens 6.1-4. Il s’agit d’un passage qui traite des obligations mutuelles des parents et des enfants les uns envers les autres. Et il y a beaucoup d’applications juste là. Mais qu’en est-il de toutes les personnes dans votre église qui n’ont pas d’enfants, ou qui n’ont plus d’enfants à la maison ? Doivent-ils juste écouter, et espérer apprendre quelque chose pour qu’ils puissent encourager les parents autour d’eux ? C’est un début. Mais la Parole de Dieu s’adresse aussi à eux. Le principe de l’autorité exercée à juste titre et à laquelle on se soumet s’applique à nous tous. Les enseignants et les étudiants, les employeurs et les employés, les anciens et la congrégation ont tous quelque chose à apprendre sur ce que signifie prospérer par et sous l’autorité divine. Comme l’observe le Grand Catéchisme de Westminster : « Dans le cinquième commandement sont visés, non seulement les parents naturels, mais tous les supérieurs en âge et en dons ; et surtout ceux qui, par l’ordonnance de Dieu, sont au-dessus de nous en guise d’autorité » (réponse 124). Nous sommes tous sous l’autorité de quelqu’un quelque part, et la plupart d’entre nous exercent de l’autorité quelque part. Une application réfléchie permettra de préciser le tout.

CE QUE CELA SIGNIFIE POUR VOUS

Ce que tout cela signifie, je pense, c’est qu’une prédication sans application n’est pas du tout une prédication, mais simplement un exposé biblique. Nous ne voulons pas que les gens sortent de nos conférences en se demandant quel en était l’intérêt. Au lieu de cela, efforçons-nous d’appliquer le texte, en vue « de l’édification du corps de Christ … jusqu’à ce que nous parvenions tous … à la mesure de la stature parfaite de Christ ».

 

Michael Lawrence est le pasteur principal de « Hinson Baptist Church » à Portland, Oregon.

 

Cet article a été traduit par Timothée Davi.

Cet article a été traduit et publié à l’origine par Revenir à l’Évangile, un ministère situé au Québec. Rendez-vous sur leur site Web pour trouver des ressources similaires.