Théologie biblique

Qui est Jésus ?

Article
09.25.2020

« Qui est Jésus » explique pourquoi Jésus était si extraordinaire, et comment sa vie et sa mort peuvent apporter le salut à ceux qui croient en lui.

Qui est Jésus ?

  • Une personne historique
  • Une personne extraordinaire
  • Dieu
  • L’un d’entre nous
  • Vivant

 

Une personne historique

Peut-être n’avez-vous jamais vraiment réfléchi à qui est Jésus, ou si ses affirmations ont des conséquences sur votre vie. Après tout, nous parlons d’un homme qui est né au premier siècle dans l’obscure famille d’un charpentier juif. Les faits fondamentaux de sa vie – où et quand il a vécu, comment il est mort – sont tous assez bien connus. Mais qu’en est-il de la signification de sa vie et de sa mort ? Était-il un prophète ? Un enseignant ? Était-il le Fils de Dieu, ou juste un homme exceptionnellement doué ? Et d’ailleurs, qui pensait-il être ? Malgré toutes ces questions, tout le monde semble être d’accord sur une chose : Jésus était une personne extraordinaire.

Une personne extraordinaire

Sans aucun doute, à son époque, quelque chose en Jésus a attiré l’attention des gens. Jésus a dit et répété des choses qui ont laissé ses contemporains stupéfaits par sa sagesse. Il les a même confrontés d’une manière qui les a laissés perplexes alors qu’ils cherchaient un moyen de comprendre tout ce qu’il disait. (Matthieu 22.22).

« Beaucoup de gens l’entendirent ; ils étaient étonnés et disaient : … “Quelle est cette sagesse qui lui a été donnée ?” et “comment de tels miracles se font-ils par ses mains ?” » (Marc 6.2)

Puis il y a eu les miracles. Des centaines et des centaines de personnes ont vu de leurs propres yeux Jésus faire des choses qu’aucun être humain ne devrait pouvoir faire. Il a guéri des gens de la maladie ; il a fait en sorte que l’eau se transforme instantanément en un vin savoureux ; il a dit aux boiteux de marcher à nouveau, et ils ont pu le faire ; il s’est tenu sur la proue d’une barque et a dit à l’océan de se calmer, et il s’est calmé ; il s’est tenu devant le tombeau d’un homme qui était mort depuis quatre jours et l’a appelé à revenir à la vie – et l’homme l’a entendu, s’est levé et est sorti du tombeau (Matthieu 8.24-27 ; 9.6-7 ; Jean 2.1-11 ; 11.38-44).

À chacun de ses miracles et dans chacune de ses paroles, Jésus faisait et soutenait des affirmations sur lui-même qu’aucun être humain n’avait jamais faites auparavant, des affirmations selon lesquelles il était Dieu.

Dieu

À plusieurs reprises, Jésus a adopté un nom pour se désigner utilisé exclusivement pour Dieu, le « Je suis » au présent (Jean 8.48-58), ce qui évoquait l’ancien et célèbre nom du Dieu tout-puissant d’Israël (Exode 3.14).

Les prophéties que Jésus affirmait accomplir indiquaient également sa divinité. Le peuple d’Israël attendait avec impatience qu’un roi occupe le trône vacant depuis des siècles. Un prophète a décrit ce roi comme « Admirable, Conseiller, Dieu puissant, Père éternel, Prince de la paix. Il étendra sa souveraineté et il instaurera la paix qui durera toujours » (Ésaïe 9.5-6). Les gens de cette époque devaient voir que ce roi promis ne ressemblait pas à un homme ordinaire qui s’assiérait sur le trône pendant un certain temps et qui mourrait ensuite. Ils devaient entendre leur Dieu promettre qu’il viendrait lui-même et serait leur Roi.

Jésus a également affirmé son identité en tant que « Fils de Dieu ». Ce n’était pas seulement un titre royal, c’était aussi une revendication selon laquelle Jésus était égal à Dieu en termes de statut, de caractère et d’honneur. Jean explique : « Voilà pourquoi les Juifs cherchaient encore plus à le faire mourir : parce que… il appelait aussi Dieu son propre Père, se faisant lui-même égal à Dieu. » (Jean 5.18).

L’un d’entre nous

Les chrétiens appellent la réalité que Dieu s’est fait homme l’incarnation. La Bible nous dit que Jésus a eu faim, il a eu soif, il s’est fatigué, et il a même eu sommeil. Il a fait les choses avec une tendresse, une compassion et un amour profondément humains (Matthieu 15.32 ; Marc 6.34, Jean 11.33-36). Non seulement il était humain, mais il nous a montré ce que Dieu voulait que l’humanité soit depuis le début.

Jésus s’identifiait à nous, devenait un avec nous afin de pouvoir nous représenter dans la vie et la mort. Quand Adam, le premier homme, a péché, il l’a fait en tant que représentant de tous ceux qui viendraient après lui (Genèse 3.1-15). « Par une seule faute la condamnation a atteint tous les hommes » (Romains 5.18). Jésus laissera la sentence de mort de Dieu – sa juste colère contre les pécheurs – tomber sur lui. Ainsi, Jésus a permis à l’un de ses propres disciples de le trahir aux autorités romaines qui l’ont condamné à être crucifié. Lors de la mort de Jésus sur la croix, tout le péché du peuple de Dieu a été placé sur lui. Jésus est mort pour eux. Il est mort à leur place. Il n’y a qu’une seule chose qui pourrait amener le Fils de Dieu à faire cela : il nous aime profondément. « Car Dieu a tant aimé le monde », a dit un auteur biblique, « qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle » (Jean 3.16).

Mais Jésus n’est pas resté mort. Lorsque des disciples sont entrés dans le tombeau de Jésus deux jours plus tard, elles « virent un jeune homme assis à droite, habillé d’une robe blanche, et elles furent épouvantées. Il leur dit : “N’ayez pas peur. Vous cherchez Jésus de Nazareth, celui qui a été crucifié. Il est ressuscité, il n’est pas ici !” » (Marc 16.5-6).

Vivant

Grâce à la résurrection de Jésus d’entre les morts, une chose extraordinaire et à couper le souffle s’est produite. Tout ce qu’il a toujours affirmé être a été confirmé. (1 Corinthiens 15.14-19).

Seule la résurrection a eu le pouvoir de transformer ses propres disciples – des hommes lâches et sceptiques – en martyrs et en témoins oculaires qui étaient prêts à tout miser sur lui pour dire au monde : « Cet homme, Jésus, a été crucifié, mais maintenant il est vivant ! »

La résurrection est la clef de voûte sur laquelle repose tout le christianisme. C’est le fondement sur lequel repose tout le reste, la pierre angulaire qui maintient ensemble tout le reste du christianisme.

Qui dites-vous qu’il est ?

Peut-être n’êtes-vous pas prêt à croire ses affirmations. Qu’est-ce qui vous retient ? Une fois que vous avez identifié ces choses, ne vous en éloignez pas comme ça. Examinez-les. Poursuivez-les. Trouvez les réponses à vos questions. Ne remettez pas cela à plus tard. C’est la question la plus importante que vous aurez jamais envisagée !

Vous êtes peut-être prêt à dire : « Je pense vraiment que Jésus est le Fils de Dieu. Je sais que je suis un pécheur et un rebelle contre Dieu. Je sais que je mérite la mort pour cette rébellion, et je sais que Jésus peut me sauver. » Si c’est le cas, alors il vous suffit de vous détourner du péché et de vous confier à Jésus, et de compter sur lui pour vous sauver. Et ensuite, vous le dites au monde entier ! Voilà qui est Jésus. C’est Lui qui sauve des personnes comme moi, et comme vous !

 

Cet article a été traduit par Timothée Davi.

Cet article a été traduit et publié à l’origine par Revenir à l’Évangile, un ministère situé au Québec. Rendez-vous sur leur site Web pour trouver des ressources similaires.