Prédication textuelle

Une défense biblique de la prédication « textuelle »

Article
02.25.2010

Qu’est-ce que la prédication textuelle ? Une prédication est textuelle si son contenu et son intention sont contrôlés par le contenu et l’intention d’un passage particulier de l’Écriture. Le prédicateur dit ce que le passage dit. Il a l’intention que sa prédication accomplisse pour ses auditeurs exactement ce que Dieu cherche à accomplir par le biais du passage choisi de sa Parole.

Prédicateur, imagine Dieu assis dans l’assemblée alors que vous prêchez. Quelle sera l’expression sur son visage ? Dira-t-elle, « Ce n’est pas du tout ce que je voulais dire avec ce passage. » Ou dira-t-elle, « Oui, c’est exactement ce que je voulais dire. »

La défense biblique de la prédication textuelle commence avec le don que le Christ monté au ciel a donné à l’église en la personne des pasteurs-enseignants (Eph 4:11) et l’injonction biblique pour les pasteurs-enseignants de « prêcher la parole » (2 Tm 4:2). Ceux qui prêchent devraient prêcher leur Bible.

Le meilleur endroit pour commencer à démontrer la légitimité du fait d’identifier la prédication avec la prédication de la parole se situe peut-être dans le livre des Actes. En Actes, la phrase « la parole de Dieu » est un raccourci habituel pour qualifier la substance de la prédication apostolique. En Actes 6:2, par exemple, les apôtres disent, « Il n’est pas convenable que nous laissions la parole de Dieu pour servir aux tables. » (cf. aussi Ac 12:24 ; 13:5, 46 ; 17:13 ; 18:11). La phrase apparaît fréquemment aussi en tant que « la parole du Seigneur » (8:25, 13:44; 15:35-36; et. al.) et est même parfois raccourcie en « la parole » (cf. 4:29; 8:4; 11:19). Dans le livre des Actes, il y a une identification claire et cohérente entre la prédication apostolique et la phrase « la parole de Dieu ».

Bien que la substance de la prédication apostolique était la bonne nouvelle de la réconciliation avec Dieu en Jésus-Christ, ce message était transmis et expliqué presque toujours par le biais d’une exposition de textes de l’Écriture provenant de l’Ancien Testament. Dès lors, la prédication à l’époque du Nouveau Testament impliquait la prédication de « la parole de Dieu ». Un élément essentiel d’une telle prédication était l’exposition de l’Ancien Testament. Cela nous conduit à conclure que les Écritures de l’Ancien Testament doivent être incluses dans notre conception de « la parole » qui doit être prêchée, une conclusion confirmée à la fois par des affirmations directes (p.e. 2 Tm 3:16; Rm 3:2) et indirectes (p.e. Rm 15:4) du Nouveau Testament.

Donc cette « parole » est la parole à propos de Jésus, telle qu’anticipée dans l’Ancien Testament et maintenant expliquée dans la prédication apostolique. Telle est la parole qui est « annoncée » (Ac 4:29), « proclamée » (13:5), et à « recevoir » (17:11) comme « la parole de Dieu ». Cette même identification est maintenue au travers des épîtres de Paul. Sans hésitations, il appelle le message qu’il proclame « la parole de Dieu » (2 Co 2:17, 4:2; 1 Thess 2:13) ou simplement « la parole » (Ga 6:6).

Même dans le contexte de la responsabilité que Paul donne à Timothée de « prêcher la parole », il y a une confirmation de cette identification entre la prédication et la prédication de la parole de Dieu. Timothée aurait su immédiatement de quelle « parole » Paul parlait. Comme la biographie de Timothée le montre bien, cela incluait certainement à la fois les « écritures saintes » et le message apostolique – « les choses que tu as apprises, et reconnues certaines, sachant de qui tu les as apprises » (2 Tm 3:10-17).

La conclusion que nous nous devons de tirer de tout cela est que la « parole » que nous devons prêcher est l’ensemble de la vérité consistant des Écritures de l’Ancien Testament et de l’enseignement apostolique vis-à-vis de Christ – c’est-à-dire le Nouveau Testament. Ainsi, identifier la « parole » avec nos Bibles est approprié. C’est ce que ceux qui sont chargés d’être « pasteurs-enseignants » sont supposés enseigner.  Notre travail est de proclamer « la parole » que Dieu a annoncée, préservée dans l’Écriture, et nous a confiée. La vie spirituelle du peuple de Dieu dépend de cette parole (Dt 8:3). C’est la raison pour laquelle un jeune pasteur est chargé de s’appliquer « à la lecture, à l’exhortation, à l’enseignement » (1 Tm 4:13). Si cette charge a quelque revendication sur nous aujourd’hui, et c’est le cas, alors la source de notre prédication doit entièrement coïncider avec nos Bibles.

À quoi cela ressemblera-t-il ? Dans notre préparation de prédication, cela ressemblera à prendre des passages précis de la Parole de Dieu et à les étudier attentivement afin que nous « dispensions droitement la parole de la vérité ». Derrière le pupitre, cela ressemblera à l’image que nous pouvons voir en Néhémie 8:8 : « Ils lisaient distinctement dans le livre … et ils en donnaient le sens pour faire comprendre ce qu’ils avaient lu. » Dieu avait à la fois désiré et promis d’utiliser ce genre de prédication afin d’accomplir l’un de ses plus grands objectifs – le rassemblement et l’édification de son peuple.

Cet article a été traduit par Timothée Davi.

Cet article a été traduit et publié à l’origine par Revenir à l’Évangile, un ministère situé au Québec. Rendez-vous sur leur site Web pour trouver des ressources similaires.